Lutte contre l’extrémisme violent

 «Nous pourrions passer à côté, si nous mettons à côté la religion» cheikh Soufi Mohaze

La communauté spirituelle Musulmane des Souffis du Burkina Faso a célébré le vendredi 27 mai 2022 à la place de la nation à Ouagadougou, le Maouloud ou la naissance du prophète Mahomed.

Placé sous le thème «la religion comme solution à l’extrémisme violent», ce rendez-vous a vu la participation de plusieurs cheikhs et prédicateurs musulmans. 

Ces moments furent marqués par des prêches, des  louanges à Allah et des prières pour la paix dans le pays.

Selon cheikh Soufi Mohaze Ouédraogo organisateur de ladite activité, il n’existe aucun autre cadre pour mieux sensibiliser la jeunesse contre l’extrémisme violent en dehors de la religion.

Le cheikh de rajouter que, si un pasteur ou un prêtre parle à ses fidèles, ceux-ci écoutent et reçoivent comme si c’était Jésus qui leur parlaient, pareil quand un Cheikh ou un Iman prêche aux fidèles musulmans, ils écoutent et reçoivent comme si c’était le prophète Mohammed qui leur parlait. Au vu de ce constat, il affirme avec force que «la religion est sans doute un moyen efficace pour lutter contre le terrorisme» dixit t-il. 

Pour lui, les FDS et les VDP font d’énormes efforts jours et nuits pour un retour à la paix, mais une seule partie de la population ne peut pas faire la paix dans un pays.

Nous devons absolument nous tourner vers les guides religieux, car ils sont une solution pour la consolidation de la paix au Faso, a t-il conclut. 

Fulbert ZEMBA www.lesoleil.bf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.