hk

Publié le 29 janvier 2021

La passation de charge entre le proviseur sortant Victorien Bonou et celui entrant Alexandre Belem s’est tenue le mardi 26 janvier 2021 au sein du lycée Nelson Mandela à Ouagadougou.

C’est en présence de nombreux professeurs, collègues de service et des membres de l’Association des parents d’élèves ( APE) que s’est déroulée la cérémonie de passation de charge en proviseur rentrant et sortant du lycée Nelson Mandela.
Selon le professeur sortant Victorien Bonou installé depuis le 26 octobre 2018 comme proviseur du lycée Nelson Mandela, c’est avec beaucoup de joie et de passion qu’il a assumé ces fonctions. Aussi confirme t-il avec ces propos. « C’est avec beaucoup de bonheur et de joie que je pars, étant en fin de mission pour céder ma place à mon successeur à qui je souhaite plein succès dans sa nouvelle fonction ».

Le proviseur sortant d’ajouter qu’il garde de meilleurs souvenirs de son passage au lycée Nelson Mandela, car avec le corps professoral nous
gardons de bonnes relations et ainsi qu’avec l’APE qui a été un bon interlocuteur.

Pour Alexandre Belem proviseur nouvellement installé c’est le lieu de rendre grâce à Dieu pour tous ses bienfaits, « je salue et félicite mon prédécesseur M. Bonou pour avoir servi comme proviseur dans ce grand lycée qu’est Nelson Mandela et pour tout ce qu’il a fait pour ce lycée je le souhaite plein succès pour la suite de sa carrière, pour ma part je le promets de servir ce lycée qu’il me confit avec la plus grande énergie. Cependant j’ai besoin de vous chers collègues comme allié car une seul main ne saura ramasser de la farine pour cela j’ai besoin de vous qui constituez ma deuxième main ». Et le nouveau proviseur de conclure en remerciant les autorités du ministère qui ont fait confiance à sa modeste personne en le nommant à ma tête de ce prestigieux lycée.

Fulbert Zemba lesoleil.bf

>> Notre équipe

Newsletter

Proverbe Le vivre ensemble

« Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discerneraient surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes du monde seraient résolus. " (Paulo Coelho) »