hk

Au Burkina Faso, 6 490 144 électeurs sont appelés aux urnes le dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour les cinq prochaines années. La proclamation des résultats provisoires ce jour 26 novembre a consacré la reconduction du président sortant.

Après moult reports, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a proclamé enfin les résultats provisoires de la présidentielle. Ce scrutin présentait un caractère dualiste car il s’est agi d’un double scrutin présidentielle et législatives.

Le taux de participation provisoire des élections présidentielle et législatives, tenues dimanche au Burkina Faso, oscille, selon le responsable de la mission d’observation de la CEDEAO, Kabiné Komara entre 38 et 40%. C’est la déclaration qu’a faite ce dernier après la fermeture des bureaux de vote le dimanche.

Sur les treize candidats en lice, il n’y avait qu’une femme, une amazone qui a fait montre de courage en restant présente jusqu’à la dernière minute lors de la cérémonie de proclamation des résultats provisoires.
L’on pourrait dire que le pays des hommes intègres revient de très loin. Lui qui a frôlé la catastrophe au moment où une conférence de presse de l’Opposition laissait penser que leurs militants sortiront dans la rue pour dénoncer les nombreuses irrégularités qui ont entaché le scrutin.
A cette déclaration a suivi des actes qui ont montré une fois de plus que la paix pouvait être remis en cause au pays de Thomas Sankara. Les commissaires, représentants de l’Opposition s’étant retiré, le lendemain de la déclaration, nombre de burkinabè ont craint le pire. Au problème juridique lié à leur absence dans le processus a suivi un risque grand de complication au plan politique. Sur les réseaux sociaux, un mouvement en gestation appelait déjà qu’il ne fallait pas suivre les politiciens en descendant dans la rue.

Les rattrapages de Newton !
Tous les regards étant tournés vers cet examen de l’ex Rédacteur en chef du journal d’investigation L’Evènement, il fallait une déclaration de la structure pour sauver le Burkina de la bourrasque des conflits post-électoraux. Dans une déclaration à la presse, Newton Ahmed Barry, le président de la CENI, s’est expliqué ce lundi. Pour lui, c’est le traitement électronique des données dans des centre communaux qui a occasionné ce problème. La compilation manuelle devrait se faire en plus de celle électronique. La loi obligeant à ces deux traitements, il fallait s’y pencher. La CENI leur a donc demandé de le faire au plus vite et ainsi de pouvoir remonter au niveau national les résultats issus de ces compilations manuelles. Outré par ce retard, les cinq commissaires de l’opposition ont ensuite demandé la suspension de cette proclamation le temps que ces compilations manuelles parviennent à la Céni. Finalement c’est le lundi dans l’après-midi que cet obstacle a été levé. « Au moment où je vous parle, nos cinq camarades ne sont toujours pas revenus. Il se trouve que nous sommes aussi tenus par les délais et donc les 10 commissaires ici présents ont décidé de la reprise des examens, de la validation et de la publication des résultats. »

Au cours de cette cérémonie, les commissaires ont donné tour à tour les résultats d’une commune à une autre et d’une région à l’autre. Le classement place le président sortant à la tête des candidats (voir liste ci-dessous). Dans la soirée, au moment où nous mettons sous presse cette déclaration, les partis politiques du Chef de file de l’Opposition qui s’étaient réunis pour la déclaration précédente se sont réunis. Mais cette fois pour reconnaître la victoire du président sortant. Le Burkina, bébé de la démocratie, est vite devenu adolescent !
…………………………………………………………………………………………………

DECLARATION DE ROCH KABORE SUR SA PAGE FACEBOOK.

« Peuple du Burkina Faso,
Burkinabè des villes et des campagnes,
Burkinabè de la Diaspora,
Chers compatriotes
Ce 26 novembre 2020, la Commission électorale nationale indépendante a publié les résultats provisoires de l’élection présidentielle du 22 novembre dernier. Ces résultats nous placent en tête de cette compétition électorale.
Cette victoire d’étape est celle du peuple burkinabè dans toutes ses composantes. A titre personnel, je l’appréhende comme une marque de confiance que je reçois avec humilité, mais aussi avec engagement et détermination dans le combat que nous menons ensemble, pour un Burkina Faso de paix, de progrès et de prospérité partagée pour tous les Burkinabè.
J’exprime ma profonde gratitude à chacune et chacun d’entre vous. Filles et fils d’une même Nation, ensemble nous avons gagné le pari d’un scrutin apaisé, ensemble nous tiendrons celui de la réforme de l’Etat et de l’administration publique, pour garantir la sécurité, la stabilité et renforcer la résilience économique de notre pays.
Que Dieu bénisse le Burkina Faso ! ». Roch Marc Christian Kaboré.


LE CLASSEMENT DES CANDIDATS

1er-Roch Marc Christian Kaboré : 1 654 982 voix, 57,87 %

2e-Eddie Komboïgo : 442 742 voix, 15,48%

3e – Zéphirin Diabré : 356 388 voix, 12,46%

4e– Kadré Désiré Ouédraogo : 95 977 voix, 3,36%

5e– Tahirou Barry : 62 639 voix, 2,19%

6e– Ablassé Ouédraogo : 51 575 voix, 1,80 %

7e– Gilbert Ouédraogo : 44 347 voix, 1,55%

8e– Yacouba Isaac Zida : 43 403 voix, 1,52%

9e– Abdoulaye Soma : 40 217 voix, 1,41%

10e– Ambroise Farama : 25 583, 0,90%

11e– Do Pascal Sessouma : 20 158 voix, 0,70%

12e– Yéli Monique Kam : 15 124 voix, 0,53%

13e– Claude Tassembedo : 6 449 voix, 0,23%

>> Notre équipe

Newsletter

Proverbe Le vivre ensemble

« Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discerneraient surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes du monde seraient résolus. " (Paulo Coelho) »