hk

Publier le 28 juillet2020
Ce dimanche 26 juillet 2020, le candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) à la présidentielle de novembre 2020 au Burkina Faso a été officiellement installé. Eddie Komboïgo, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a accepter d’assumer ses nouvelles charges avec conscience.


Il n’est pas d’accord avec la gouvernance du président actuel Roch Marc Christian KABORE c’est pourquoi il se présente comme un « président de la rupture » s’il gagne la prochaine législative. La situation sécuritaire, la crise humanitaire, la paix tels sont les domaines pour lesquels il point un zéro pointé au pouvoir actuel. Lui à foi en ses capacités de diriger c’est pourquoi il déclare "je veux impulser au Burkina Faso, une gouvernance nouvelle fondée sur les valeurs démocratiques et celles héritées de nos ancêtres, pour en faire à l’orée 2025, un pays entièrement restauré ; un pays de paix, de cohésion, et uni ; un pays de prospérité partagée pour tous, dans la justice et la fraternité. Un pays dont l’image brillera de nouveau dans le monde entier » a-t-il laissé entendre. Comme s’ils se rendaient la monnaie à l’occasion de leur congrès respectifs, Zephirin a affirmé au Congrès ci : « l’intelligence d’Eddie Komboïgo a fait qu’il est passé de gestionnaire de pouvoir au contestataire du pouvoir. Je souhaite que les épreuves que tu as confrontées renforcent ton caractère pour le combat  ». Et d’affûter leur stratégie. « Face à ces gens-là, il faut que nous soyons unis », a-t-conlut.
Camille OUEDRAOGO.

>> Notre équipe

Newsletter

Proverbe Le vivre ensemble

« Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discerneraient surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes du monde seraient résolus. " (Paulo Coelho) »