hk

Publié le 17 juillet 2020

Le professeur Stanislas OUARO, ministre de l’Éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales a procédé le mardi 14 juillet 2020, au lancement de la session 2020 des examens scolaires. L’école primaire Centre B de Banfora a été l’établissement qui a accueilli la solennité de cet évènement.

446 138 candidats à prendre part au certificat d’étude primaire (CEP), 317 995 pour le BEPC et 15 409 pour le BEP et le CAP. C’est une bagatelle qui mérite l’attention des plus hautes autorités de ce pays surtout en ce contexte de COVID 19 où les établissements ont été momentanément fermés et les cours arrêtés pour les classes intermédiaires.
Pour donner toute la solennité à l’évènement, les communicants du ministre de l’Education nationale ont choisi l’école primaire Centre B, où il a obtenu son certificat d’étude primaire (CEP). Après un tour dans les salles pour encourager les candidats, l’universitaire a procédé à la traditionnelle étape de l’ouverture de l’enveloppe. C’est l’épreuve de rédaction qui était la toute première épreuve. « Quel métier aimerais-tu exercer quand tu seras grand ? Donne les raisons de ton choix », c’est ce sujet qui a été rendu public par les responsables du département de l’Education nationale.

Dans la région des Cascades où le ministre a lancé les épreuves enregistre 13 598 candidats au BEPC. Au niveau national, ils sont 317 995 candidats dont 55,15% de filles contre 301 823 à la session 2019, soit un taux d’accroissement 05,36%.
Au niveau national, on note que la session 2020 du CEP, enregistre 446 138 candidats dont 54% de filles contre 419 260 à la session 2019, à aller à la conquête du premier diplôme scolaire. La région des Cascades compte à elle seule 20 421 candidats au CEP avec 54,12% de filles. Les examens 2020 du CEP, du BEPC, du CAP et du BEP ont coûté 15 682 177 000 francs CFA au budget de l’Etat. Camille OUEDRAOGO.

>> Notre équipe

Newsletter

Proverbe Le vivre ensemble

« Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discerneraient surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes du monde seraient résolus. " (Paulo Coelho) »