hk

Une dizaine de civils tués dans une embuscade vendredi soir

Le retour du marché de Titao n’a pas été accueilli avec joie comme c’est le cas en Afrique généralement. La mort a croisé tragiquement le convoi des convives. En effet, un convoi de commerçants de retour du marché de Titao qui allait à Sollé a été victime d’une embuscade tendue par des hommes armés non identifiés (HANI) vendredi 29 mai 2020. Selon les témoins, cette attaque a eu lieu aux environs de 17 heures, heures locales. Quinze victimes civiles ont été tuées dans cette attaque contre le convoi qui était sécurisé par des volontaires pour la défense de la patrie.

Week end funeste
Des attaques de nature terroriste ont particulièrement endeuillé le Burkina Faso ce week end. Elles ont poussé le porte parole du gouvernement Remis Fulgance Dandjinou a annoncé au moins 50 morts en 48 heures dans trois attaques au nord et à l’est du Burkina Faso.
Dans la seule journée du 30 mai les Groupes opposés à l’armée (GOA) ont tué au moins 35 personnes dans les régions du Centre nord et de l’Est en proie depuis plusieurs mois à des déplacements de populations et des attaques itératifs.
Le marché à bétail à Kompiembiga dans l’Est du pays a été la cible de la première attaque. Des HANI arrivés sur des motos ont ouvert le feu en plein marché à bétail. Le bilan, selon des sources locales fait état de plus de vingt-cinq morts.
La deuxième attaque a été perpétrée contre un convoi humanitaire escorté par des gendarmes sur l’axe Foubé-Barsalogho. Le convoi était de retour d’une mission de ravitaillement des populations démunie en vivres. Selon le porte-parole du gouvernement, cinq (05) civils et sept (07) gendarmes ont été tués. Certains blessés ont été transférés dans des centres de santé proches et plus spécialisés.
Le porte-parole du gouvernement fait état de ratissage dans ces différentes zones où ont eu lieu ces attaques. Selon des sources locales non confirmées, les Koglweogo, groupe local d’auto-défense, auraient pu disperser et tuer quelques terroristes suite à l’interception de communication entre groupes. Camille OUEDRAOGO.

>> Notre équipe

Newsletter

Proverbe Le vivre ensemble

« Il est malheureux que les gens ne voient que les différences qui les séparent. S'ils regardaient avec plus d'amour, ils discerneraient surtout ce qu'il y a de commun entre eux, et la moitié des problèmes du monde seraient résolus. " (Paulo Coelho) »